mardi 29 octobre 2013

Savoir prendre soin de l’autre sans l’étouffer ni se sacrifier



Aider, soutenir son conjoint est l’une des bases d’un couple qui fonctionne.

Si votre partenaire se sent mal, a des problèmes au travail ou avec sa famille, ou souffre d’une addiction quelconque, si vous l’aimez, vous n’allez pas le laisser tomber. C’est une réaction tout à fait normale.

Mais, jusqu’où doit aller votre soutien ? Devez-vous vous sacrifier totalement pour lui ? Devez-vous mettre entre parenthèses vos propres problèmes ou vos propres sentiments ?

Evidemment que non ! Le mot couple signifie être deux. Il est donc nécessaire que le soutien soit mutuel et réciproque.

Certes, je connais pas mal de personnes qui ne demandent pas mieux de jouer les « mamans- poules » (au sens général du terme, homme ou femme), qui veulent se rendre indispensables et n’arrêtent pas de dire que si elles n’étaient pas là, rien ne fonctionnerait dans la maison. Elles se plaignent volontiers.

Mais, que se passerait-il si leur conjoint décidait de se reprendre en main et de tout régenter dans la maison ?

La « maman-poule » ne le supporterait pas ! Elle se sentirait très vite inutile. Et, je suis presque certaine que le couple serait voué à un échec certain.

Pourquoi ? Tout simplement parce que la base de ce genre de couple fonctionne sur le mode sauveur-victime. A partir du moment où la victime n’existe plus, le sauveur disparaît également.

De là à penser que le sauveur ne demande pas mieux que son conjoint ne parvienne pas à s’en sortir, peut paraître exagérer. Quoique…

Pour qu’un couple fonctionne correctement, il est nécessaire que le soutien soit mutuel. Aucun des membres du couple ne doit se sacrifier pour l’autre. Aucun des deux ne doit étouffer l’autre.

Chacun doit apprendre à donner et recevoir. Si cet équilibre n’existe pas, aucun des deux partenaires ne sera heureux.

Si vous avez tendance à être du genre « maman-poule », essayez de changer. Laissez de la place à votre partenaire, laissez-lui l’occasion de vous soutenir et de vous aider. Arrêtez de tout supporter, de vous sentir obligé de vous sacrifier. Certes, cela vous fait jouer le beau rôle, mais cela vous rend-il vraiment heureux ou épanoui ?

Surtout, parlez à votre partenaire et exprimez vos émotions. N’ayez pas peur de lui dire quand cela va mal.  Dites-lui que vous êtes là pour lui, que vous l’aiderez toujours, mais n’oubliez pas aussi de lui dire quand cela va mal. Vous n’êtes pas surhumain. Vous aussi vous pouvez avoir besoin d’aide.


En agissant ainsi, vous vivrez en harmonie et votre couple fonctionnera à merveille.


(source image clipart Microsoft)

jeudi 10 octobre 2013

Boîte à outils pour réussir son couple



Je vous propose une vidéo dans laquelle Véronique Baudoux qui vous donne 4 outils pour avoir un couple qui fonctionne bien, un couple épanoui et heureux.




mercredi 2 octobre 2013

Quand les enfants viennent tout compliquer



Quand vous vous êtes marié, chacun trouvait les manies ou les défauts de l’autre amusant.
Mais, le boulot, les enfants sont venus tout compliquer.
Et les disputes se succèdent…

Vous aviez pris l’habitude de tout gérer car votre conjoint est plutôt tête en l’air. Cela vous plaisait car vous aimez tout régenter. Mais, avec l’arrivée du premier, puis du 2ème enfant, cette charge de travail supplémentaire est devenue pesante.

Avec l’arrivée du 3ème, l’insouciance et le côté rieur, spontané et même enfantin par moment de votre conjoint, qui vous avez séduite chez lui, est devenue pour vous une source de stress, puis de conflit continuels. Il trouvait naturel de se décharger sur vous de quantité de tâches car il lui semblait que cela vous faisait plaisir. Mais maintenant, tout est prétexte à disputes.

Pourtant, votre conjoint a, lui, l’impression de faire des efforts. Il s’est parfaitement rendu compte que les enfants vous occasionnent du travail supplémentaire. Il essaie de vous aider du mieux qu’il peut. Mais, cela ne vous suffit pas ! Il n’en fait jamais assez, il fait tout de travers, il ne va pas assez vite, etc.

Finalement, votre conjoint finit par en avoir assez. Il vous trouve trop exigeante, trop dirigiste et ne vous supporte plus. Ses efforts n’étant pas reconnus, il a décidé de ne plus en faire, ce qui risque encore de pourrir la situation.

Pour sortir de ce cycle infernal menant tout droit à la rupture, il faut absolument que les deux membres du couple se parlent et surtout s’écoutent.

-         que voulez-vous vraiment ? (ex : avoir une maison impeccable, où rien ne traîne, qui brille de partout)
-         que veut votre conjoint ? (ex : avoir une maison où il fait bon vivre)
-         qu’est-ce qui lui paraît faisable, qu’est-ce qui lui paraît insurmontable ? (ex : ne plus laisser traîner ses sous-vêtements sales dans la chambre et les mettre dans la salle de bain, c’est ok mais trier le linge à laver par couleur c’est trop compliqué. Pour le blanc ou le noir ça va, mais il ne sait jamais où mettre le tee-shirt rouge, ou les chaussettes à rayures => dans ce cas, proposez qu’il trie le linge dont il est sûr et qu’il pose au moins devant les bacs, celui pour lequel il a un doute)
-         quelles responsabilités pouvez-vous abandonner ? (ex : est-ce vraiment à vous d’envoyer des vœux à tous les membres de la famille de votre conjoint ?)
-         quelles responsabilités est-il prêt à assumer ? (ex : surveiller les devoirs des enfants pendant que vous préparez le dîner ou l’inverse)
-         qu’est-ce qui est vraiment indispensable ? (ex : est-ce que votre maison doit être aussi bien rangée, tout le temps ?)
-         etc.

On est tous différents et ce qui semble naturel à l’un peut paraître être un gros effort pour l’autre. Il faut savoir le reconnaître et ne pas hésiter à remercier l’autre pour les efforts qu’il fait. Cela l’encouragera à en faire plus.
De même, chacun doit y mettre du sien et faire sa part et ne pas se décharger constamment sur l’autre. Ce n’est qu’à ce prix que le couple pourra être sauvé.

Posez-vous les bonnes questions ! Et, surtout, n’attendez pas que les choses s’enveniment. Les enfants apportent, certes, une joie immense et un bonheur incommensurable, mais ils peuvent également compliquer la petite « vie pépère » que vous aviez avant leur arrivée.


Mais, tout peut s’arranger rapidement, si vous prenez les devants et si vous adoptez une organisation à toute épreuve. Un petit temps d’adaptation sera nécessaire, mais si vous vous aimez et si vous dialoguez, tout s’arrangera et vous pourrez vivre une vie de famille épanouie et heureuse !


(source image : clipart Microsoft Office)

jeudi 26 septembre 2013

Prendre le temps de se retrouver



Aujourd'hui je vous propose un extrait du livre de Marie Andersen "Faire le choix du bonheur" :

"Dans nos vies trépidantes, les couples ont parfois du mal à se retrouver. Pour se regarder, s'écouter, se parler. Pris dans la routine du quotidien, ils s'investissent dans leur travail, s'occupent le mieux possible de leurs enfants, et leur relation amoureuse est la dernière sur la liste des priorités. Les retrouvailles sur l'oreiller sont sexuelles, ce qui fait du bien évidemment, ou somnolentes ! Quand ils ont le temps de se dire deux ou trois mots, c'est pour organiser le planning de la famille, partager un tracas concernant le boulot ou les enfants. Et les vacances familiales ne suffisent pas toujours, surtout si elles sont régies par un agenda, certes ludique, mais ici aussi sans temps mort.

Se retrouver pour se retrouver, c'est cela qui leur manque ! Maintenir un couple en bonne santé n'est pas magique, tout le monde le découvre un jour ou l'autre. Après quelques années, le sentiment amoureux fluctue et si rien n'est fait pour rester en phase, on se perd un peu de vue. Se donner des moments de tête-à-tête est une jolie idée pour continuer à privilégier le couple, pour maintenir son partenaire à une place importante et le lui démontrer par le temps et l'attention qu'on lui consacre régulièrement.

[...]

Cela ne s'intègre pas facilement dans votre emploi du temps ? Qu'à cela ne tienne, prenez rendez-vous !

- Rendez-vous ? Mais on vit ensemble tous les jours !
- On prend bien rendez-vous avec son dentiste ou son coiffeur, pourquoi pas avec son chéri, après tout ?
- Mais se voir sur commande, ce n'est pas spontané !
- Effectivement, mais est-ce une raison pour ne pas le faire ? La spontanéité n'arrive pas à tout résoudre et prendre un rendez-vous d'amour n'a rien de bien nuisible !"


Qu'en pensez-vous ? Voilà une excellente idée, à suivre très régulièrement, non ?

Vite, je sors mon agenda et mon téléphone et je vous laisse car j'ai un coup de fil très important à passer pour prendre rendez-vous avec mon chéri !


Pour aller plus loin :




mercredi 15 mai 2013

Vous n'avez pas la tête à ça ? Comment en parler ?

Voici une vidéo qui montre qu'il ne faut pas fuir, mais aborder le problème d'une baisse de désir sexuel pour mieux le régler ensemble.
Refuser d'en parler peut entraîner le conjoint à penser que la relation est terminée, que vous ne l'aimez plus ou qu'un autre à pris sa place, etc... et ne fera qu'envenimer la situation.


"Sexualité : comment aborder une baisse de désir ?" par florence escaravage sur maTVpratique.com


jeudi 25 avril 2013

Le mariage pour tous, homos ou hétéros, enfin autorisé en France

Je vous propose d'écouter et de regarder le discours de clôture de Chrisitiane Taubira, à l'assemblée nationale, lors du vote de la loi sur le mariage pour tous.


Il était temps que la France, pays des droits de l'Homme, où la liberté et l'égalité sont inscrits au fronton des mairies, se mette en règle avec ses principes et que ce mot d'égalité soit enfin inscrit dans la loi. La France a mis du temps à reconnaître le même droit pour tous de se marier, elle n'est que le 14éme pays dans le monde et le 9éme en Europe. Il a fallu bien des débats et de nombreuses manifestations honteuses pour en arriver là. Mais, les 331 députés qui ont voté POUR ne se sont pas laissés intimider par une poignée d'intégristes prêt à en découdre.

Après le droit à l'IVG et l'abolition de la peine de mort, voici une nouvelle loi qui honore notre pays et qui rend fière d'être française.

Evidemment, il ne suffit pas de pouvoir se marier, encore faut-il que le mariage dure ! Aussi j'invite tous mes amis gays, bi, trans, hétéros à consulter ce blog pour connaître les trucs et astuces pour réussir sa vie de couple ;-))

mardi 16 avril 2013

Vous avez une vie de merde ? Réagissez !



J'en ai marre d'entendre plusieurs de mes amies répéter qu'elles ont une vie de merde ! Leur vie est la même qu'un grand nombre de personnes, mais elles aiment certainement faire les Caliméros et se plaindre à tout bout de champ. Elles ne cherchent nullement à améliorer les choses et à obtenir une vie plus heureuse, plus épanouissante.

Résultat ? Leurs situations empirent, car non seulement la Loi de l'attraction veut que l'on attire ce à quoi on pense le plus, mais leurs vies de couples se dégradent car leurs conjoints en ont assez de les entendre geindre et de ne s'occuper que de leur petites personnes.

 Aussi, je voudrais vous parler d'un livre que j'ai lu il y a plusieurs années, mais qui est toujours d'actualité et qui lutte contre ce type de comportement. Il s'intitule : "Vous avez tout pour être heureux !" de Katy Gawelik.


Ce livre est résolument optimiste. Abordant les différents domaines de la vie personnelle, familiale et professionnelle et s’appuyant sur des exemples vécus, l'auteure dédramatise les problèmes. Dans un style volontairement proche du lecteur, elle donne des conseils précis (scindés en 10 points clés) et faciles à mettre en œuvre pour reprendre votre vie en main.

En voici un extrait :

"J'ai une vie de merde !
Voilà la phrase qu'une de mes amies n'arrête pas de me répéter dès que je la vois ou dés que je l'ai au téléphone.
Elle est mariée, a deux enfants et travaille comme secrétaire dans une petite entreprise. Malgré cela , elle n'est pas heureuse. Il faut dire qu'elle a quelques raisons de ne pas l'être. Elle n'arrête pas de se disputer avec son mari pour un oui ou pour un non. [...]
Au bureau, ce n'est pas mieux, l'ambiance est plutôt tendue avec ses collègues et elle doit faire des heures supplémentaires si elle veut finir le travail énorme qu'on lui demande.

Elle est donc stressée à longueur de journée. Elle ne s'en sort plus. Elle est exténuée et n'a plus le moral. Cela rejaillit automatiquement sur sa petite famille.
Là elle est au bout du rouleau et ne sait plus comment faire pour s'en sortir. Elle commence à perdre pied.

[...]Tous les jours, je rencontre des gens qui font la tête, qui en ont assez de leur existence parce qu'ils n'arrivent plus à s'en sortir.[...]
Tous n'ont pourtant pas une situation personnelle et professionnelle catastrophique que cela : ils travaillent, sont en couple, ont un toit et n'ont pas de crédits trop importants sur le dos.
A l'opposé, je connais des personnes qui ne possèdent pas de richesses matérielles, mais qui sont parfaitement heureuses et toujours de bonne humeur.

[...]Mais, tout le monde ne réagit pas de la même façon face aux coups durs de la vie. Certains se laissent aller et s'enfoncent davantage que d'autres qui, au contraire, décident de s'en sortir, de prendre un nouveau départ et de reprendre leur vie en main.

[...]Il existe des tas de moyens qui peuvent vous aider à vous en sortir. J'en ai d'ailleurs expérimentés la plupart. Le chemin n'a pas été facile mais j'y suis arrivée ! Je suis parvenue à surmonter les obstacles. J'ai connu quelques échecs parce que je m'étais trompée de direction, de méthodes...mais j'ai fini par trouver celles qui me paraissent les mieux appropriées pour donner un nouveau départ à son existence.
J'ai décidé de vous livrer, non pas mes secrets -quoique...- mais les choses qui marchent et qui vous aideront à vous affranchir de votre "vie de merde".
Allez, en route ! Si vous voulez prendre un nouveau départ, il est grand temps de vous y mettre et de suivre les très nombreux conseils concrets qui suivent."


Alors si vous pensez avoir une "vie de merde", réagissez ! Lisez et appliquez les conseils de ce livre :




Source image : clipart Microsoft Office

jeudi 4 avril 2013

La vie de couple selon Max Boublil

Voici une vidéo de Max Boublil qui nous montre sa vision de la vie de couple :




Pas très romantique tout ça ! Cela ne donne pas envie ! Heureusement que les choses ne se passent pas comme cela pour tous les couples.
Qu'en pensez-vous ?

mercredi 27 mars 2013

Les ingrédients d’un couple heureux


Restons dans les statistiques et voyons aujourd’hui, selon le livre The Normal Bar de Chrisanna Northrup, Pepper Schwartz et James Witte, quels sont les ingrédients d’un couple heureux.

Comme je l’avais indiqué dans le précèdent article, la communication arrive en tête avec 40 %. Le résultat est identique, quel que soit le sexe, que ce soit des hommes ou des femmes interrogés.

Puis :
  •          la complicité : 24 % pour les femmes, 25 % pour les hommes

  •         l’affection : 21 % pour les femmes, 19 % pour les hommes

  •          le sexe : 8 % pour les femmes, 11 % pour les hommes

  •          le mode de vie : 5 % pour les femmes, 4 % pour les hommes

  •          l’épanouissement personnel : 1 % pour les femmes, 0 % pour les hommes

  •          la stabilité financière : 1 % pour les femmes, 1 % pour les hommes

  •          la parentalité : 1 % pour les femmes, 2 % pour les hommes


Ce qui est surprenant, dans cette étude, c’est d’une part que le sexe n’est cité qu’en troisième position et loin derrière les 2 premiers ingrédients et d’autre part que la stabilité financière ne représente qu’1 %, alors que ce sujet est souvent une importante source de conflit dans les couples.
Cela est d’autant plus curieux, que dans ce même sondage, il est dit que 25 % des américains (hommes ou femmes) et 28 % des japonais ne parlent pas du montant de leur salaire avec leur conjoint et que pourtant 80 % des couples qui se disent « extrêmement heureux » connaissent les revenus de leur conjoint.

Mais, ce qui fait peur, dans cette étude c’est que 50 % des hommes et des femmes lisent les mails adressés à leur conjoint, qu’ils soient heureux ou non en couple. Cette surveillance (pour ne pas dire cet espionnage systématique) est rentrée dans les mœurs, cela devient une habitude. Le respect  de la vie privé, le droit à l’intimité, la confiance en l’autre sont en train de disparaître et cela est bien dommage…


Pour aller plus loin, si cette étude (en anglais) vous intéresse :




(source image clipart Microsoft Office)

jeudi 21 mars 2013

Communiquer : le secret d’une relation au beau fixe




Voici des extraits d’un article intitulé « Beau fixe : une nouvelle étude révèle les secrets d’une relation de couple harmonieuse » de Sélection du Reader’s Digest de mars 2013 :

« Lorsqu’on demande aux personnes interrogées de citer ce qui permet à leur relation de mieux s’épanouir, la communication arrive largement en tête !

Plus d’un tiers des Américains et des Américaines la classe en premier, à bonne distance de la complicité. En général, quel que soit le pays, les personnes interrogées répondent que la communication est le point névralgique de leur relation. Seuls les Français dérogent à cette règle et placent la complicité avant, la communication arrivant au deuxième rang.

Nous avons tous besoin d’être écoutés et compris. Nous avons tous besoin de quelqu’un avec qui parler en toute confiance, de choses sérieuses ou plus futiles, de quelqu’un qui puisse nous donner son point de vue avec franchise, mais aussi avec bienveillance, qui nous écoute et saisisse vraiment notre fonctionnement…

Or beaucoup de couples sont loin d’avoir atteint ce degré de communication idéale. […]

Il ne s’agit pas d’échanger de l’information, mais de parvenir à se comprendre, à trouver un terrain d’entente. […]

La communication est la voie d’accès non seulement aux grandes émotions, mais aussi à l’entente physique  de deux êtres. Si vous désirez que votre compagne ou votre compagnon fasse pour vous quelque chose en plus –ou en moins -, vous devez vous sentir libre de l’exprimer, et le message doit être clairement reçu.

Qui communique le mieux ? Les hommes ou les femmes ? Les femmes, pensez-vous peut-être. En réalité, il est très difficile de trancher, notamment parce que trop de personnes pensent qu’elles communiquent bien. Par exemple, plus de 90 % des hommes et des femmes ayant participé à cette enquête aux Etats-Unis se qualifient de bons, voire de très bons communicants. Mais lorsque l’on demande aux femmes si elles estiment que leur partenaire est un bon communicant, environ 1 sur 3 déclare que ce n’est absolument pas le cas ! Tandis qu’1 homme sur 4 se dit déçu par le manque d’habilité de sa compagne en matière de communication. »


(source image clipart Microsoft Office)

mercredi 13 mars 2013

Soyez une grande femme

Michelle Obama dans son bureau, à la Maison Blanche



On dit souvent que derrière un Grand Homme, il y a une grande Femme et je suis sûre que c’est vrai. Je suis persuadée qu’un homme ne peut pas réussir de grandes choses s’il n’a pas une grande épouse derrière lui.

Je voudrais vous raconter une histoire, je ne sais pas si elle est vraie mais elle résume bien le sujet.
Le président Obama avait envie d’un repas tranquille au restaurant avec son épouse. Ils se rendent donc discrètement dans un petit restaurant avec un service d’ordre restreint. Pendant qu’ils passent la commande, le restaurateur demande au service d’ordre l’autorisation de parler quelques minutes en privé avec Michelle Obama. En effet, il l’avait connue à l’Université et à l’époque avait été très amoureux d’elle. La première dame des Etats-Unis accepte l’entretien, puis revient à sa table et reprend la conversation avec son mari.
Celui-ci lui dit :
- finalement, si tu l’avais épousé tu serais restauratrice et non pas première dame
Et elle lui répond :
- non, c’est lui qui serait président des Etats-Unis.

Lorsque cette histoire me revient à l’esprit, je ne peux m’empêcher de penser à Anne Sinclair. Elle avait vu en son époux il y a bien longtemps, un présidentiable possible, peut-être même avant lui. Elle l’a supporté et encouragé pendant des années, acceptant de fermer les yeux sur beaucoup de choses et d’avaler de nombreuses couleuvres pour l’aider à atteindre le sommet. Malgré sa propre carrière très prenante, elle était toujours là et a même accepté de se mettre en retrait, parce qu’elle était persuadée qu’un jour son époux serait président de la République. Hélas, elle en a été bien mal récompensée.

ATTENTION ! Si vous décidez, vous aussi, d’aider votre mari à réussir sa carrière professionnelle à un haut niveau, sachez que c’est un sacerdoce. Ne vous engagez pas à la légère, car vous ne pourrez pas l’abandonner en cours de route, il faudra persévérer jusqu’au bout, quoi qu’il vous en coûte.

Vous devrez être :

  •          sa concubine attitrée : pour éviter qu’il n’aille assouvir ses désirs sexuels ailleurs 

  •          sa compagne : une femme chaleureuse, amoureuse et compréhensive qui crée un climat détendu et reposant à la maison

  •          sa confidente et sa psy : pour l’écouter ouvrir son cœur sans le juger et vous faire part de ses rêves et de ses tracas

  •          son infirmière : pour soigner ses petits bobos, ses rhumes et ses coups de fatigue

  •          sa styliste : pour qu’il soit toujours a son avantage

  •          son avocat et sa plus grande fan : pour le défendre quoi qu’il arrive, justifier certaines de ses décisions et lui faire de la bonne publicité autant de fois que possible

  •          sa conscience : pour l’empêcher de faire n’importe quoi et lui permettre de prendre du recul

  •          sa motivatrice : pour créer un climat mental positif et stimulant, même quand tout semble aller mal et pour l’aider à trouver des solutions

  •        son intendante : pour le décharger des petits tracas du quotidien afin qu’il se consacre à 100 % à sa tâche

  •          sa cuisinière : pour lui préparer des plats équilibrés mais également réaliser de main de maître et à peu de frais des dîners  et réceptions utiles à sa carrière dont la qualité, la bonne humeur et la convivialité impressionneront favorablement les invités.



Evidemment, si vous acceptez de faire tout cela, c’est pour que votre mari ait une grande réussite. Il doit donc lui aussi s’engager à 1000 % dans son travail et faire tout ce qu’il faut pour réussir. C’est un travail d’équipe. Il doit vous en être reconnaissante, ne pas considérer cela comme un dû et partager avec vous et votre famille les fruits de sa réussite, tout au long de sa progression. Il ne doit pas attendre d’avoir atteint le sommet pour se retourner et s’apercevoir que vous l’avez poussé pendant toute l’ascension.

Mais, rien ne vous oblige à vous engager dans cette voie, vous pouvez très bien ne pas avoir envie de sacrifier votre propre carrière ou votre vie. Mais dans ce cas, ne reprochez jamais à votre conjoint de végéter ou de manquer d’ambition.

Mais ces objectifs de « réussite à tout prix », peuvent très bien ne pas vous convenir, que ce soit à vous ou à votre mari. On peut très bien réussir sa vie en ayant une vie simple et tranquille. L’important est d’être heureux, quelle que soit votre définition du bonheur.


(source image http://www.whitehouse.gov/blog/2013/03/11/askflotus-first-lady-discusses-let-s-move-twitter)

jeudi 7 mars 2013

Couper le cordon avec les parents !





Souvent dans les couples, un des deux partenaires a du mal à couper le cordon avec ses parents !

Je connais même un couple qui, tous les jours, va manger chez les parents de l’épouse, midi et soir, et qui passe systématiquement tous ses moments de libres et ses sorties, vacances comprises, avec eux. Et bizarrement, ce couple se dispute sans arrêt !

Pour régler le problème en douceur, il faut de la patience et du dialogue. Mais pour ce genre de discussion, il faut préparer le terrain et choisir un moment opportun, comme une soirée en tête à tête au restaurant, par exemple.

Si vous avez ce type de problème avec votre conjoint, il faut partir d’exemples concrets et lui montrer pourquoi cette situation n’est pas normale.

Il faut lui faire comprendre que :

- votre couple à besoin d’intimité, de moments à deux,  pour se développer.
- le couple est une structure différente que la vie avec papa-maman et qu’il faut sauter le pas.
- il n’est pas possible de vivre en couple et avec les parents, il faut choisir.
- c’est lui que vous avez épousé et non pas sa famille
- même s’ils sont en général sympas (même si ce n’est pas vrai, cela fera plaisir à votre conjoint d’entendre ce type de compliment sur ces parents), vous n’avez pas prévu de passer votre vie avec eux.

Attention également à ne pas trop critiquer les parents de votre partenaire. Donnez plutôt des exemples de situations et évitez d’insister sur le caractère de la personne. En effet, même si votre conjoint trouve également qu’il a des parents difficiles, si vous les critiquez de trop, par instinct familial, il serait tenté de les défendre et de se bloquer. La discussion serait alors compromise et aucune avancée ne pourrait se concrétiser.

Si couper le cordon d’un seul coup lui semble trop brutal, vous pouvez lui proposer un sevrage en douceur. Par exemple, en commençant par espacer les visites ou les coups de fil, puis en diminuant les repas en famille, etc.

Il peut arriver que ce soit les parents de votre conjoint qui ne veulent pas le lâcher. Ils téléphonent sans arrêt pour réclamer sa visite ou son aide. Ils passent chez vous n’importe quand et s’installent. STOP !

Ne laissez pas vos beaux-parents s’incruster chez vous à tout bout de champ ! Votre domicile c’est CHEZ VOUS et non pas une annexe de leur maison.

Dans ces cas, imposez-vous et essayez une mesure d’éloignement afin de mettre de la distance entre eux et votre couple. Cela peut se faire, par exemple, par l’installation d’un répondeur téléphonique, un séjour de vacances dans un lieu lointain.

Mais, cela ira peut-être jusqu’à un déménagement dans une autre région, voire un autre pays. Si cette extrémité peut sauver votre couple, alors foncez !


(source image clipart Microsoft Office)

mardi 26 février 2013

Oubliez la télé pour passer des soirées plus passionnantes




De temps ou temps, voire même régulièrement, éteignez la télé et passez réellement la soirée ensemble. Vous verrez que cela améliorera beaucoup vos relations de couple.

Pendant ces soirées, vous pourrez enfin vous consacrer entièrement à votre conjoint et votre conjoint fera de même.

Evidemment, certains imaginent déjà des soirées torrides et du sexe à profusion. Ce n’est pas exclu, bien sûr, mais ce n’est pas forcément la seule chose que vous pouvez faire ensemble lors de ces soirées.

Vous pouvez, par exemple :

  •          vous préparer ensemble un bon petit dîner romantique et le déguster,
  •          regarder et trier d’anciennes photos et vous en remémorer les bons moments,
  •          jouer à des jeux de société,
  •           parler de vos objectifs de vie, de vos rêves, de vos désirs,
  •          organiser une soirée massage où, chacun son tour, masse son partenaire,
  •          parler d’un bon livre,
  •          écouter de la musique,
  •          danser,
  •          aller voir une expo,
  •          manger dans un bon restaurant,
  •         peindre, dessiner, écrire des poèmes ou des déclarations d’amour, etc.
  •          et surtout communiquer.


Car, le but premier de ces soirées est de stopper la routine et surtout de s’intéresser réellement à l’autre ; d’être disponible, de l’écouter mais également de lui dire ce que vous ressentez vraiment.

Bref, de retrouver ces petits moments de bonheur passés à deux, ces moments d’évasion du quotidien, que vous aimiez au début de votre rencontre et qui, la routine s’installant et les difficultés de la vie arrivant, se sont espacés au fil du temps.

Alors, vous commencez quand à éteindre la télé le soir ?  

Vous pensez ne pas en être capable ?

Pourquoi ?
Parce que vous êtes drogué de télé ou parce que vous préférez la compagnie de la télé à celle de votre partenaire ?

Aïe, si c’est la seconde réponse qui vous concerne, votre coupe est en péril.

Si c’est la première réponse, ouf, c’est déjà mieux. Commencez par une seule soirée par semaine, puis 2 par semaines, etc.

Vous verrez, vous ferez tellement de belles choses avec votre partenaire, que vous en redemanderez !


(source image clipart Microsoft office)

jeudi 21 février 2013

Qui gère les finances dans votre couple ?




Nous avons déjà abordé le problème de l’argent dans le couple avec l’article Compte joint ou compte séparé 
Mais aujourd’hui passons à la partie patrimoine financier.


Chaque membre du couple a sa définition de la richesse et chacun a sa manière personnelle de gérer l’argent. L’un est peut-être avare ou grippe-sou et l’autre est peut-être « un panier percé ».
Cela peut engendrer des tensions, voire des disputes ou des reproches continuels au sein du couple.

Il faut donc définir dès le début de votre relation, une ligne de conduite commune, ainsi qu’un responsable qui va s’occuper de faire fructifier vos avoirs financiers, en tenant compte de cette ligne fixée à l’avance.

Mais la ligne de conduite doit être fixée d’un commun accord et il faut accepter qu’elle soit susceptible d’évoluer avec le temps et les aléas de la vie.

Je connais des couples dont les deux conjoints ont de bons revenus, mais dont la femme se sent frustrée et doit ruser pour s’accaparer quelques euros, parce que le mari est du genre radin et place (très mal d’ailleurs) le moindre centime.

Inversement, je connais des couples qui ont eux aussi ont des bons revenus mais dont chacun dépense sans compter de son côté, sans en parler à l’autre (et estime ne pas avoir de compte à rendre au partenaire) et qui se plaignent d’être toujours à découvert.

Le fait d’avoir un responsable des finances, permet que l’un des deux soit chargé de gérer tout cela.

- Il doit être au courant de ce que chacun dépense afin de pouvoir suivre les comptes.

- Il doit être chargé de prévoir et budgétiser les grosses dépenses, de se renseigner sur les placements à faire et de vérifier qu’ils sont bien faits en temps et en heure.

- Il doit avoir une vision claire de la situation afin d’être capable de dire « attention, il faut se serrer la ceinture », mais également « allez, là on peut se lâcher ».

- Mais, lorsqu’une décision nécessite un engagement financier important, il ne doit pas prendre la décision seul, le couple doit décider ensemble. Pour cela, il doit prendre le temps d’expliquer clairement la situation financière ou le placement envisagé à son conjoint.

D’ailleurs afin que le partenaire non responsable ne reste pas à l’écart, il est bon de prévoir une « réunion mensuelle » (même très courte) où pourra être fait le bilan du mois écoulé, où chacun pourra évoquer ses dépenses prévues le mois suivant et où les objectifs de croissance financière pourront être fixés.

Dans mon couple, c’est moi qui tiens le rôle de responsable des finances. Mais régulièrement, j’informe Jérôme de la façon dont je gère notre argent, des rentrées ou sorties d’argent prévues, des possibilités ou opportunités que nous avons et nous prenons ensemble les décisions engageant des investissements importants.

L'argent est l'une des raisons les plus communes de disputes donc en parler régulièrement et s'assurer qu'il n'y ait pas de surprises par des objectifs de planification, de budgétisation et de réglage est primordial. C'est beaucoup plus facile ainsi de prendre de bonnes décisions.
En ces temps de crise et d’inflation, si l’on veut que la situation financière du couple ne vire pas à la catastrophe et même s’améliore, il faut gérer son argent comme le ferait une entreprise.


(source image clipart Microsoft Office)

mercredi 6 février 2013

Le mariage est bon pour la santé




Contrairement à ce que laisse sous-entendre le titre de la pièce de théâtre « Le mariage nuit gravement à la santé », les statistiques prouvent que le mariage est bénéfique pour la santé.

Il y a eu 241 000 mariages célébrés en 2012, soit 660 mariages par jour,  et en trente ans, en France métropolitaine, la proportion de remariages est passée de 12% à 21% pour les hommes et de 11% à 19% pour les femmes (source http://www.planetoscope.com/lamour/699-nombre-de-mariages-en-france.html )

Ces personnes auront statistiquement plus de chance d’être en bonne santé que les célibataires ou même les personnes en concubinage.

De nombreuses études, canadiennes et américaines, prouvent que les couples ont une vie plus saine et plus riche, une meilleure santé quand ils sont mariés. Ils vivent des vies plus longues et ils souffrent moins de maladies cardiaques, de mal de dos, de maux de tête et de problèmes psychologiques graves.

Une étude de 2006, de l’Université de Birmingham, indique que le fait d’être en couple renforce les défenses immunitaires, les deux conjoints ont donc moins de risque d’attraper la grippe, par exemple. (source http://www.psychonet.fr)

Une étude néo-zélandaise prouve qu’en couple, il y a moins de risque de souffrir de dépression ou d’anxiété qu’en étant célibataire. (source http://www.psychonet.fr)

La plupart des personnes mariées ont aussi  moins de problème d’alcoolisme ou de tabagisme.

Lorsque les couples sont mariés, ils s’impliquent plus dans leur vie de couple et ont une plus grande volonté à résoudre les conflits que s’ils vivaient simplement en concubinage. Ils ne renoncent pas immédiatement lorsque les premiers problèmes de couples surgissent.

Etre en couple, et surtout mariés, leur procurent des revenus plus élevés et une vie sociale plus riche. Ils ne sont plus considérés comme une « menace » par les autres couples, et sont plus facilement invités et intégrés dans des groupes. L’amélioration de leur vie sociale a des effets positifs sur leur moral et donc sur leur santé.

Ils se sentent plus responsables vis-à-vis de l’autre et prennent plus soin de leur santé, que ce soit en consultant un médecin de manière plus régulière ou en faisant attention à leur alimentation et à leur hygiène de vie.

Bref, si vous voulez vivre plus vieux, mariez-vous !


(source image clipart Microsoft Office)

mercredi 30 janvier 2013

St Valentin, un seul jour par an pour l'amour ?



Aujourd'hui, je vous propose un article de Katisa Editions (avec leur aimable autorisation) qui reflète exactement ce que je pense de la St Valentin :


"Attention ! Le 14 février, c’est la Saint-Valentin, la fête de l’Amour et des amoureux ! Il vous serait d’ailleurs très difficile de rater cette date puisque cela fait déjà pas mal de temps que l’on vous rabâche la même chose : « Bientôt la Saint-Valentin ! » ; « Offre Spéciale Saint-Valentin », etc. Toutes les grandes enseignes, tous les magasins, tous les publicitaires s’en donnent à cœur joie. Cela leur permet d’ailleurs de grossir un peu leurs chiffres d’affaires après les fêtes de fin d’année. 

En fait, comme pour toutes les fêtes, la Saint-Valentin est devenue un véritable commerce. Quoique l’on en pense d’ailleurs, cela a au moins le mérite de faire vivre les restaurateurs, les bijoutiers, les fleuristes, etc. Et, c’est déjà pas mal. 


Un seul jour consacré à l'Amour !


Mais, quand on réfléchit à la Saint-Valentin, on ne peut qu’être un peu effrayé. Cela voudrait dire que l’on fête l’Amour uniquement le 14 février. C’est un peu choquant de penser qu’un seul jour dans l’année doit être consacré aux cadeaux, aux mots ou gestes d’amour entre amoureux. Je pense d’ailleurs que c’est le cas de pas mal de couples. On a l’impression qu’ils ne s’offrent des cadeaux, ne se disent « je t’aime », ne sont tendres que ce jour-là ! Cela paraît exagéré, mais quand je regarde autour de moi, je vois de nombreux couples qui ne s’invitent dans un beau restaurant, ne s’offrent des fleurs ou des bijoux que ce jour-là. Vous me direz au moins, ils ont droit à quelque chose une fois dans l’année. S’il n’y avait pas la Saint-Valentin, peut-être qu’ils n’auraient jamais rien ! 

Ne vous me méprenez pas sur ma façon de penser. Je ne fais pas partie de ces gens qui critiquent la Saint-Valentin parce qu’ils sont célibataires. Je suis très amoureuse et pour moi, aussi démagogique que cela puisse paraître, la Saint-Valentin, c’est tous les jours ! Je n’ai nullement besoin d’un seul jour précis dans l’année pour montrer mon Amour, pour le dire… Cela serait réduire à bien peu de chose la chance que j’ai eu d’avoir rencontré ma moitié (comme on dit). C’est comme si vous alliez voir votre mère ou votre grand-mère uniquement le jour de la fête des mères ou des grands-mères. 

Ce genre de fêtes n’est nullement à condamner à partir du moment où il n’est là que pour, en quelque sorte, marquer le coup. Ces fêtes ne doivent être qu’un simple prétexte pour s’offrir encore un nouveau cadeau, pour aller de nouveau au restaurant, pour se dire encore je t’aime. Mais l’intensité de ces gestes, de ces mots doit être la même que pour le reste de l’année ! 


Un malaise pour les célibataires


D’ailleurs, pour aller plus loin, j’imagine le malaise que la Saint-Valentin peut provoquer chez les personnes seules. Quand on approche le 14 février, on a l’impression que tout le monde est amoureux, que tout le monde vit en couple. Or, il y des millions de célibataires en France, pour qui cette période provoque immanquablement de la peine. Ils ressentent leur solitude encore plus durement qu’habituellement. 

Le battage autour de la Saint-Valentin est devenu exagéré. C’est devenu quasiment une obligation pour les amoureux de la fêter. Sinon, cela pourrait donner l’impression que l’on ne s’aime pas, que notre amour n’est pas vrai, n’est pas véritable. Mais, à l’opposé, on peut se demander si la Saint-Valentin n’est pas un prétexte pour certaines personnes, une sorte de séance de rattrapage pour tout ce qui n’a pas été fait au cours de l’année. C’est une façon de dire : « Tiens ma chérie (ou mon chéri), je t’offre cette belle bague ou ce beau cadeau le 14 février pour te montrer que je t’aime » et le reste de l’année, il n’y a plus rien… Elles ne sont gentilles, tendres, attentionnées que ce jour-là. 

En conclusion, fêter la Saint-Valentin doit être un jour EN PLUS pour se dire son Amour mais pas le SEUL jour ! L’Amour se vit toute l’année ! "


(source image Simon Howden sur http://www.freedigitalphotos.net )


vendredi 25 janvier 2013

Un cadeau personnalisé pour votre conjoint entretient l’amour




Comme c’est bientôt la St Valentin (je vous en reparlerai dans un autre article), je me suis dit que quelques conseils concernant les cadeaux seraient les bienvenus. Et cela s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes.

Entretenir l’amour et le romantisme passent aussi par les petits cadeaux, les petites attentions. Il ne faut pas vous contenter d’y penser une fois par an, pour la St Valentin. Le romantisme doit être constant au sein d’un couple. Cela cimente la relation et le mariage a plus de chance de durer longtemps.

Cela ne demande pas forcément des dépenses excessives, mais plutôt un peu de temps ou d’effort.
Et vous verrez que ce genre d’attentions améliorera votre couple.

Mais, il n’y a rien de pire qu’un cadeau impersonnel, acheté à la va vite, avant de rentrer !
C’est une insulte pour celui ou celle qui le reçoit.

Un cadeau n’a pas besoin d’être cher (sauf s’il s’agit d’une rivière de diamants ! non, je blague !). Vous n'avez pas besoin de dépenser beaucoup d'argent pour être romantique.

- Vous pouvez trouver des solutions pour alléger le travail de votre partenaire ou choisir de lui consacrer toute une journée, si d’habitude vous passez trop peu de temps ensemble.

- Vous pouvez faire à votre conjoint un massage relaxant, lui faire un gommage des pieds ou un massage du dos, ou lui concocter un bon petit plat ou son gâteau préféré.

- Vous pouvez choisir de vivre ensemble un moment inoubliable avec une activité exaltante qui rendra vos liens plus fort.

- Vous pouvez organiser une mini lune de miel près de chez vous ou même à votre domicile (en décorant différemment la chambre ou la maison et en faisant « comme si »).

- Vous pouvez lui écrire une lettre, un poème, etc.

Bref, vous avez l’embarras du choix. De nombreuses possibilités s’offrent à vous pour ajouter du romantisme dans votre vie.

Il n’y a pas de limites à votre envie de faire plaisir à votre partenaire, le seul frein est votre imagination.

Et surtout, n’oubliez pas, pour être sur de la ou de le combler par votre cadeau, mettez-y tout votre cœur !


dimanche 20 janvier 2013

Il n'y a pas de femmes laides



Je vous propose un article écrit il y a plus de 100 ans par Liane de Pougy, mais qui n'a pas pris une ride ! Ce qu'elle écrivait à l'époque vaut également pour aujourd'hui :


IL n'y a pas de femmes laides. Il n'y a que des femmes qui se négligent, qui oublient leur rôle charmant qui est de chercher toujours à plaire. 
Etre belle est pour la jeune femme un devoir, comme d’être bonne. 
Et, pour être belle, il suffit de vouloir. 

Certaines ont accompli le tour de force de « devenir » jolies.
Mme Rachel,  la célèbre actrice, se transforma ainsi et devint 
belle lentement, à force de goût et de volonté. 
En toute femme existe l'étincelle de charme. 
Il suffit de là mettre en valeur, de la faire briller. Certains 
contrastes, certaines oppositions sont heureuses ; certains détails 
éclairent à eux seuls toute la physionomie. 

Vous vous plaignez de votre nez, mademoiselle. Quelle 
erreur ! Votre nez est charmant. Vite, un coup de peigne dans 
votre chevelure pour lui donner plus de symétrie. Relevez 
cette boucle qui cache le front, faites mieux bouffer cette autre. 
Votre nez, dont vous vous plaigniez tout à l'heure, a quelque 
chose de mutin maintenant. Attendez encore. Vous trouvez vos 
yeux insignifiants. Qu'à cela ne tienne ! Un imperceptible et 
discret coup d'estompe soulignera la ligne des cils. 

Dégagez ce col qui vous engonce et prenez votre air naturel, 
plutôt que ce sourire contraint qui n'est pas vous... Vous êtes 
tout à fait jolie, ainsi ; il ne suffisait que de le vouloir. 

Quand bien même l'âge ferait son oeuvre d'usure, vous avez 
mille moyens de vous défendre contre lui, d'atténuer ses marques 
bien légères. Par des soins assidus et surtout intelligents, 
les horticulteurs n'arrivent-ils pas à prolonger les fleurs en 
toutes saisons ?


(Source image : clipart Microsoft Office)

lundi 14 janvier 2013

Avez-vous des valeurs communes ?




Pour un couple fonctionne bien et surtout dure longtemps, il est important que les deux partenaires partagent des valeurs communes.

Cela peut être des valeurs spirituelles, des valeurs de partage, d’amour ou même de réussite ou d’engagement associatif ou politique ou une même vision de l’avenir, de la société, etc.

Je sais, j’entends souvent dire autour de moi : « Dans un couple, les deux partenaires doivent être différents, ne pas avoir le même caractère, les mêmes hobbies, les mêmes valeurs… Cela met du piment dans le couple et cela évite la monotonie. »

Personnellement, je suis plutôt une adepte de l’adage « Qui se ressemble s’assemble ».

C’est vrai, au début du couple, s’il existe des différences de valeurs, par exemple, cela peut être intéressant, voire marrant. Cela permet au couple de discuter et de confronter ses points de vue.

Mais, malheureusement, ces discussions se transformeront inévitablement en disputes au fil du temps. L’un des partenaires finira par ne plus supporter le point de vue différent de l’autre.

Et, il essaiera de faire changer son partenaire en tentant de l’amener à adopter ses propres valeurs. Même s’il ne le fait pas consciemment…

Je suis persuadée qu’en partageant les mêmes valeurs ou des valeurs très proches, c’est le meilleur moyen de construire un projet de vie en commun.

Ce partage permet d’échanger des opinions, de partager des ressentis, d’évoluer ensemble.

Cela permet aux deux conjoints de regarder ensemble dans la même direction et d’avancer au même rythme.

Je vous prends un exemple. Il arrive très souvent que les deux ne partagent pas les mêmes valeurs concernant l’éducation des enfants. L’un étant plus sévère que l’autre. Eh bien, cela finira par provoquer des disputes au sein du couple, voire plus. Les tensions s’enchaînant, la vie de couple devient insupportable.


Si la vie de couple est jalonnée de discussions, de disputes, de tensions, il est difficile de construire un projet commun.

Ce dernier, qui est une aventure extraordinaire, ne peut aboutir que si le couple est vraiment soudé, s’il passe ensemble les étapes, s’il franchit ensemble les obstacles, s’il se projette ensemble vers l’avenir.

Ce projet de vie commun rend, finalement, la vie moins monotone et moins routinière. Les petites tracasseries ou mesquineries du quotidien sont vite balayées par la grandeur de l’objectif. L’engagement qu’est le mariage se trouve renforcé par l’engagement sur ces valeurs communes.

Mais attention, si l’un des deux trahis ces valeurs, alors le couple explosera !


(source image clipart Microsoft Office)